GOUNIET

Comme l’indique la seconde syllabe de son nom – « Niet », définissant un « refus brutal opposé à une proposition » –, Gouniet est l’identité qui s’oppose fermement et délibérément à « ce qu’il faudrait » ou « serait bon » de faire. Incarnation de cette voix mentale de la contradiction, il va à l’encontre des résolutions et attentes extérieures afin de mettre à mal la moindre volition.

Supportant mal le sentiment de contrariété le poussant généralement au contrôle, son caractère irritable l’incline à faire preuve de manifestations excessives – furies observables au travers de ses créations.

Celui s’illustrant uniquement en noir et blanc griffonne violemment, au moyen de tracés vifs, incisifs, francs et percutants, donnés par à-coups répétés et saccadés – une gestuelle représentative de son état de tension (nervosité chronique) et de stress sciemment provoqué.

De fait, assimilé au Ça freudien régit par les pulsions de mort (Thanathos), Gouniet adopte fréquemment des comportements autodestructeurs (autolyse) en se livrant de manière impulsive et réitérative (T.O.C) à divers actes mutilateurs et à de multiples addictions. Il ne parvient à se défaire de ces habitudes temporellement ancrées, donnant lieu à une stagnation (principe d’inertie) à la fois subie et entretenue par peur d’aller de l’avant, en vue de freiner l’évolution de l’intégralité du système SGG. Cette incapacité ressentie génère en lui déceptions et sentiments de culpabilité, l’incitant à formuler de nombreux reproches à son encontre (dévalorisation de l’estime de soi).

L’origine de ses comportements réside notamment en son égocentrisme morbide. Animé par un profond narcissisme, le sujet diagnostiqué mégalonymaniaque a développé une obsession de sa personne (égomonomanie) : objet central et cause de ses préoccupations, il s’admire et s’aime (investissement libidinal narcissique) autant qu’il s’exècre.

C’est pourquoi l’angoissé est couramment submergé de pensées sombres et irrépressibles qu’il ressasse sous forme de monologue retranscris par écrit (épisodes graphorrhéiques). Torturé, celui que le langage courant dit « broyer du noir » vit dans et au travers d’une constante souffrance dans laquelle il se complaît (victimisation et constitution d’un corps de souffrance).

Aussi, renfermé sur lui-même et solitaire, l’individu dissimulé par un masque à tentacules n’apparaît dans un environnement social qu’en de très rares occasions (agoraphobie), le système s’étant organisé pour qu’en de pareilles circonstances, un alter reprenne le contrôle afin de prévenir les dommages causés par son agressivité, par ses remarques indirectes mais acrimonieuses ainsi que par sa tendance à la manipulation (mécanismes de la perversion narcissique).

Potentiellement dû à l’incapacité de L.B. d’accepter, de concevoir et d’intégrer (déni) une réalité inconciliable avec ses exigences élevées (autoritarisme du Sur-moi freudien), Gouniet est le produit d’une dissociation nécessaire pour faire endosser à une altérité radicale (projection) des faiblesses et vices jugés négatifs. Conséquence d’un mécanisme défensif initialement vital mais dégénératif, l’individu considéré comme « l’anti-soi » est désormais sujet et lieu d’une lutte intérieure permanente (tensions interpersonnelles) mais également vaine, car seule une acceptation de soi de l’hôte serait susceptible de réduire l’emprise et la virulence de celui qui, par essence, tient tête.

Les œuvres de Gouniet

Sommaire

Pacte avec les Monstres
extraits de carnets
Maxniet
autoportraits narcissiques
(auto)destruction
Graphorrhées
Autofigurations
To do niet list
Défouloirs
Megalonymanies
Pornographies

Les œuvres de Gouniet

Par séries et ensembles

Pacte avec les monstres

Extraits de carnets

Extraits de carnets, 2016 – 2019, Techniques et dimensions variables.

Maxniet

Autoportraits narcissiques

(Auto)Destruction

2013 – 2015, Série d’une centaine de peintures, Technique mixte et déchirures sur créations de Gro, entre 90 x 62 cm et 30 x 50 cm.

Graphorrhées

Octobre 2014 – mai 2015, Carnet de 104 pages reliées au fil de fer, Encre de chine, stylo et crayon, 22 x 17 x 2,3 cm (carnet) ; 21 x 14,8 cm (page).

Autofigurations

To do niet list

Défouloirs

Megalonymanies

Pornographies

Galerie des autres persona